Rencontres autour de la mémoire historique transfrontalière

L'association Terres de Mémoire(s) et de Luttes, en partenariat avec la ville, organise les 22 et 23 octobre des rencontres thématiques avec des responsables associatifs et des élus de quatre autonomies espagnoles.

Les rencontres initiées par l’association Terres de Mémoire(s) et de Luttes sont une vaste réunion de travail en présence de délégations de mairies des quatre autonomies espagnoles (Aragon, Catalogne, Euskadi, Navarre) et d’Oloron Sainte-Marie.

Le programme complet des Rencontres

Samedi 22 octobre
10h30 : Accueil en mairie, interventions des élus et des responsables associatifs, vin d’honneur offert par la municipalité
14h30 : Réunion de travail sur trois thèmes (lire plus bas)

Dimanche 23 octobre
9h : Visite du camp de Gurs
11h : Réception à Buziet et Buzy sur les lieux d’hommage à la Résistance des Guérilleros espagnols

Les thèmes de la réunion de travail : 
- Education “Les routes de la mémoire” avec les autonomies espagnoles : Aragon, Catalogne, Euskadi, Navarre
Mises en œuvre il y a 8 ans, “Les routes de la mémoire” ont déjà permis un gros travail pédagogique, avec des voyages scolaires pour les petits Français et Aragonais ayant tour à tour visité des lieux d’histoire de chaque côté de la frontière.
Le but est de reprendre cette initiative à l’échelle des quatre autonomies, sous la responsabilité des associations mémorielles espagnoles et de Terres de Mémoire(s) et de Luttes.
- Le wagon de la mémoire à créer en gare d’Oloron Sainte-Marie
La gare d’Oloron Sainte-Marie est un lieu emblématique au niveau des migrations forcées de populations, que ce soit pour les Républicains espagnols ou le départ des Juifs vers les camps de la mort.
Le but est de convaincre les autonomies d’aider à financer ce projet.
- Le projet européen sur les lieux de mémoire du gouvernement de la Navarre
Un projet avait été lancé par la Navarre, mais sur 478 projets reçus par l’Europe, 37 avaient été retenus. Le but est donc de présenter de nouveau ce projet en 2017.
Ce projet européen traite de lieux de mémoire comme le camp de Gurs ou Buziet côté français, ou des lieux d’assassinats comme le fort de Cristobal à Pampelune.
 Lors de la réunion, les intervenants discuteront de la stratégie à mettre en place pour assurer le succès de la demande d’aide auprès de l’Europe.

 

Service rédaction, 21-10-2016 | Publié dans la catégorie Culture