Découvrir les sites archéologiques d'Oloron

A terme, cet itinéraire permettra de relier les deux sites d'occupation d'Oloron à l'époque romaine, Sainte-Marie et Sainte-Croix.

Deux tables de lecture et deux panneaux agrémentent depuis peu un itinéraire de découverte de l'archéologie dans le quartier Sainte-Marie, sur le parvis de la Cathédrale, contre le bâtiment de l'Age d'Or, rue Maytie et place des thermes. Ces supports ont été réalisés grâce au travail de recherche et de restitution de l’association Trait d’Union et notamment de l'historien Pierre-Louis Giannerini. 

L'occupation humaine a débuté à Oloron Sainte-Marie au temps des Romains, sous Auguste ou Tibère, c'est-à-dire entre les années 17 et 20 de notre ère... il y a pile 2000 ans ! Cette occupation s'est poursuivie jusqu'en 506, à l'époque de Saint-Grat. Puis la ville s'est rétrécie à l'époque mérovingienne, comme cela fut courant à cette époque, pour grossir de nouveau à partir du 11ème siècle qui correspond au début de la construction de la Cathédrale. 

Les Romains se sont installés tout d'abord à Sainte-Marie où l'on a retrouvé de nombreux vestiges, notamment des thermes par système d'hypocauste (chauffage par le sol) dont une reconstitution sera réalisée dans quelques mois à l'angle de la rue des Barats et de la rue Auguste Peyré. Puis ils ont construit à Sainte-Croix, où un mur d'enceinte surmonté d'une ou deux tours (les archéologues travaillent sur cette question) devait les protéger d'éventuelles invasions barbares. 

L'installation de supports pédagogiques a donc débuté à Sainte-Marie et se poursuivra dans quelques temps à Sainte-Croix par la mise à jour des vestiges du mur et de la tour (ou des tours). Toutefois, la Maison du Patrimoine, à Sainte-Croix, témoigne déjà des fouilles archéologiques réalisées sur le territoire de la commune en exposant ces vestiges ou des photographies. 

"Nous avons fait de nombreuses découvertes à Oloron Sainte-Marie, raconte Pierre-Louis Giannerini. Une villa gallo-romaine a été mise à jour dans les années 1980 avec une classe d'élèves au cours d'un projet pédagogique unique qui a duré plusieurs années, puis en 2009 nous avons découvert les grandes thermes d'Oloron. A chaque fois, les vestiges sont recouverts. J'ai pensé qu'il était temps que les gens découvrent qu'il y a une histoire sous leurs pas." L'historien a trouvé un écho favorable avec le maire Hervé Lucbéreilh, avec qui il partage une passion commune pour l'archéologie. 

 

Service rédaction, 19-01-2018 | Publié dans la catégorie Patrimoine