Les berges des gaves nettoyĂ©es

La ville, qui s'est fabriquée sur les bords des gaves au fil des siècles, doit prêter une attention particulière aux berges. D'une part, l'humidité crée des conditions idéales pour qu'une végétation spontanée y prospère. Ceci n'est pas sans conséquence sur les ouvrages, notamment les murs de soutènement des rives, qui retiennent des bâtiments ou de la voirie. D'autre part, ces zones sauvages sont une cible pour des plantes invasives.

Régulièrement, la municipalité consacre une enveloppe budgétaire au défrichage sélectif de ces zones.

Une grosse campagne de nettoyage et d’entretien a lieu cet Ă©tĂ©, pour un montant total de 28 200 € TTC auprès d’une entreprise spĂ©cialisĂ©e, PyrĂ©nĂ©es Élagage. Ces travaux comprenaient essentiellement : du dĂ©broussaillage de ronciers sur talus, l'abattage, recĂ©page et Ă©lagage d’arbres et d’arbustes en bordures et surplomb du gave,  la dĂ©vĂ©gĂ©talisation de murs et abords d’ouvrages, arrachage de lianes et lierres, vivaces, arbustes, l'enlèvement de l’ensemble des dĂ©chets de taille et coupe, l'enlèvement des dĂ©chets et dĂ©tritus mis Ă  nu par la dĂ©vĂ©gĂ©talisation, dans des zones difficilement accessibles. Plusieurs secteurs ont Ă©tĂ© nettoyĂ©s en juillet : amont et aval pont de Jaca, secteur pont Sainte-Claire et secteur Barraban. D'autres secteurs seront concernĂ©s en aoĂ»t et septembre : rue PĂ©martin, rue Bernard d'Aureilhe et contrebas de la rue Camou. 

Cette vaste opĂ©ration s’est accompagnĂ©e d’une campagne d’arrachage d’une invasive, la renouĂ©e du Japon, par l’AAPPMA du Gave d’Oloron, pour un montant de 700 € environ, sur les abords de la MĂ©diathèque. Cette plante est dotĂ©e d’une croissance très rapide qui lui permet de devancer ses concurrentes et de les Ă©touffer en les privant de lumière. Elle est vivace et gĂ©nère des rhizomes qui peuvent s'enterrer jusqu'Ă  deux mètres de profondeur et chaque fragment de tige ou de rhizome si petit soit-il peut ĂŞtre Ă  l'origine d'une bouture viable qui donnera naissance Ă  une nouvelle colonie envahissante. Enfin, la renouĂ©e est capable de synthĂ©tiser une toxine qui pĂ©nalisera toute vie vĂ©gĂ©tale aux alentours. Elle est inscrite sur la liste de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) des 100 espèces les plus prĂ©occupantes.

 

Service rĂ©daction, 31-07-2019 | Publié dans la catégorie Environnement