Interview : Le point sur l'action municipale contre le coronavirus

Le maire Hervé Lucbéreilh fait le point sur l'action municipale engagée pour faire face à l'épidémie.

Question¬†: Herv√© LUCBEREILH, depuis le d√©but de la pand√©mie, vous √™tes sur tous les fronts. Est-ce le r√īle du Maire¬†?

R√©ponse¬†: La pand√©mie actuelle permet de rappeler le r√īle essentiel et exclusif du Maire. Le Code des Collectivit√©s Territoriales lui confie, au titre de son pouvoir de police administrative g√©n√©rale, ¬ę¬†le soin de pr√©venir, par des pr√©cautions convenables, et de faire cesser par la distribution des secours n√©cessaires… les maladies √©pid√©miques ou contagieuses… de pourvoir d’urgence √† toutes les mesures d’assistance et de secours¬†¬Ľ. Ceci se fait naturellement avec le repr√©sentant de l’Etat, le Sous-Pr√©fet avec lequel nous faisons plusieurs points quotidiens et une conf√©rence t√©l√©phonique hebdomadaire.

 

Question : Comment suivez-vous la situation au quotidien ?

Réponse : Depuis trois semaines a été mise en place une cellule de crise à la Mairie. Le Directeur Général des Services, Monsieur PARIS et moi-même la présidons, associant physiquement ou par visioconférence les chefs de service compétents.

 

Question : Quelles premières mesures avez-vous prises ?

R√©ponse¬†: Il s’est tout d’abord agi de pr√©server nos propres employ√©s pour qu’ils ne tombent pas malades et ne contaminent pas d’autres personnes. Le service public communal a √©t√© maintenu, mais en mode r√©duit et le t√©l√©travail institu√©. Des permanences √† l’Accueil, √† l’Etat Civil, au CCAS… ont √©t√© cr√©√©es, et √† ce jour le syst√®me est rod√©, permettant √† chacun d’avoir r√©ponse √† ses questions. Parall√®lement, nous avons ferm√© les √©coles et les avons d√©sinfect√©es. Un arr√™t√© a aussi √©t√© pris pour fermer les √©quipements sportifs couverts et de plein air afin d’√©viter une fr√©quentation trop importante de sportifs et de promeneurs. La navette a aussi √©t√© stopp√©e.

 

Question : En matière de santé ?

R√©ponse¬†: L’organisation d’un service de garde pour les enfants des personnels soignants et, plus largement, oblig√©s de travailler pour le bien commun, a √©t√© mis en place √† l’√©cole Saint-Cricq. Aides-soignants, infirmi√®res, m√©decins… peuvent ainsi aller travailler sans souci pour leurs enfants. Du gel hydro-alcoolique a √©t√© donn√© √† La Poste et √† l’H√īpital, mais nous ne pouvons que d√©plorer le manque d’approvisionnement auquel ils sont aujourd’hui confront√©s. C’est pourquoi, nous avons fait appel √† la diaspora oloronaise dans le monde, et avons trouv√© un compatriote vivant en Chine, qui essaye de nous faire parvenir les √©quipements n√©cessaires. Nous apportons naturellement notre soutien et notre aide mat√©rielle aux m√©decins du poste m√©dical avanc√© et le point est fait r√©guli√®rement avec la Direction de l’H√īpital. Enfin, j’ai exceptionnellement autoris√© l’ouverture de la Salle Palas pour que soient organis√©es les collectes de sang.

 

Question : On suppose que le CCAS est en première ligne ?

R√©ponse¬†: Evidemment, puisqu’il a pour objet d’aider et soutenir les plus d√©favoris√©s. Sa permanence t√©l√©phonique permet de rassurer les personnes notamment √Ęg√©es, de g√©rer les situations d’urgence, telles le confinement des SDF ou l’op√©ration de mise en lien de b√©n√©voles et de personnes isol√©es… Ce service est quotidiennement sollicit√© dans cette p√©riode d’isolement difficile pour tous.

 

Question : Cette crise sanitaire ne va-t-elle pas précéder à une crise économique ?

R√©ponse¬†: On peut le craindre… L’Etat, qui seul a les moyens d’une action efficace en la mati√®re a pris des mesures d’urgence que nous relayons aupr√®s des acteurs √©conomiques locaux. De notre c√īt√©, nous oeuvrons pour payer dans les plus brefs d√©lais les factures re√ßues en Mairie, avons retard√© de plusieurs semaines l’envoi des factures d’eau et d’assainissement, avons demand√© aux Finances Publiques d’√™tre bienveillant quant aux demandes d’√©talement du paiement des taxes locales. Nous verrons ult√©rieurement si d’autres mesures peuvent √™tre prises.

 

Question : Et le marché ?

R√©ponse¬†: C’est une vraie question. D’un point de vue √©conomique, la Conf√©d√©ration Paysanne nous l’a r√©cemment rappel√©, c’est le seul moyen de sauvegarder la survie des producteurs locaux. D’un point de vue sanitaire, est-il plus dangereux de circuler √† l’air libre que sous la ventilation d’une grande surface¬†! Enfin d’un point de vue psychologique, cette sortie hebdomadaire est un ballon d’oxyg√®ne dans une semaine de confinement. Ces arguments ont convaincu l’Etat puisque comme des nombreuses autres communes nous avons obtenu la d√©rogation n√©cessaire. Mais cela nous oblige et nous respectons scrupuleusement la r√©glementation qui nous est impos√©e.

 

Question¬†: Quid des manifestations sportives, culturelles…¬†?

R√©ponse¬†: Soyons clairs, il ne para√ģt pas possible de maintenir les manifestations pr√©vues jusqu’√† fin juin… Ensuite, nous verrons, mais je ne suis pas tr√®s optimiste.

 

Question : Le mot de la fin ?

R√©ponse¬†: Merci. Merci √† la population qui nous accompagne dans cette lutte contre le virus. Merci au personnel soignant, de service, de transport, de commerce, de ramassage des ordures m√©nag√®res… pour l’extr√™me d√©vouement dont ils font preuve, ainsi que leur humanit√© dont je recueille bien des t√©moignages. Merci au Directeur G√©n√©ral des Services de la Mairie, Laurent PARIS, et √† l’ensemble du personnel communal. Merci enfin aux services de l’Etat.

 

Service r√©daction, 06-04-2020 | Publié dans la catégorie Divers