Pas d'inquiétude pour l'eau d'Oloron

La Mairie de Paris a récemment annoncé que le Laboratoire de la régie municipale Eau de Paris a trouvé des quantités infimes de traces de coronavirus dans les eaux usées de la ville. Le Maire d'Oloron Sainte-Marie, Hervé LUCBEREILH, responsable de la sécurité sanitaire de la cité, a tenu à faire immédiatement le point avec le service de la Régie de l'Eau, afin de rassurer les habitants.

Il faut tout d’abord rappeler que le réseau d’eaux usées de notre ville est strictement indépendant de celui de l’eau potable. Par ailleurs, la présence de virus dans les eaux usées n’a rien de surprenant, comme partout en effet, il est relativement fréquent d’y trouver des traces de virus et de bactéries. La communauté scientifique s’accorde sur le fait que les risques de contamination par les eaux usées sont relativement faibles. Comme le rappelle la presse parisienne : « la découverte de traces de l’ARN viral n’induit nullement automatiquement un risque d’infection pour les personnes exposées. Et le Professeur LACOMBE, sur LCI d’ajouter : « des traces génétiques, ça ne veut pas dire de virus infectieux ».

Le problème des eaux usées ne semble donc pas devoir être un sujet de préoccupation pour la santé publique des pays occidentaux, donc Oloron.

La Ville a donc rappelé à ses employés les précautions habituelles pour les travailleurs chargés du traitement et de l’élimination des eaux usées.

S’agissant de l’eau consommable, il convient de distinguer l’eau potable et l’eau non potable.

Cette dernière catégorie ne concerne que 2 fontaines : celle de la place de Jaca et le lavoir des Fontaines. Comme la signalétique l’indique sur chacun de ces monuments, la consommation humaine est interdite.

Pour l’eau potable, donc destinée à la consommation humaine, dès le début du confinement, le 17 mars 2020, diverses dispositions ont été mises en œuvre pour lutter contre le COVID 19. Elles concernent le suivi du réseau de production et de distribution.

Aspect qualité de l’eau :

. Augmentation du niveau de chloration au départ des sites de production – Source du l’Ourtau, Puits du Vert n° 1 et 2.

. Ajustement régulier de la chloration au réservoir de Soeix (réservoir de tête) et ce afin d’obtenir un résiduel de chlore total supérieur à 0.15 mg/l en tout point du réseau (préconisation ARS). Pour ce faire, des prélèvements journaliers sont effectués par un agent (week-end compris) sur les ouvrages de distribution (réservoirs de Soeix, Saint-Pée, Sainte-Croix) et sur des points significatifs du réseau de distribution (Quartier Saint-Pée, Soeix, Place Saint-Pierre, Cimetière Sainte-Marie, Cimetière Notre-Dame, …).

. Possibilité, si besoin, de compléter le suivi par des analyses complémentaires sur site % turbidité, pH, conductivité,…

. Tenue d’un carnet sanitaire.

. Livraison supplémentaire de bouteilles de chlore – autonomie estimée à 2 mois – nouvelle commande prévue avec livraison fin avril.

Sites eau potable :

Visite journali̬re effectu̩e par un agent de la totalit̩ des sites de production et de distribution Рv̩rification des dispositifs.

Aspect quantitatif :

. Suivi journalier volumes produits et distribu̩s РT̩l̩transmission.

. Relevés mensuels communes et syndicats.

Continuité de service :

. Interventions à caractère d’urgence (casse canalisation, fuite dispositif de comptage, problème qualité eau, dysfonctionnement dispositif hydraulique, pompage,…).

Etablissement plan d’intervention (appel direct aux agents) interne au service avec utilisation potentielles des moyens humains et en matériel des autres services (pelle, camion,…).

Naturellement toutes ces actions sont menées sous le contrôle et les recommandations de l’Agence Régionale de Santé, et, à ce jour, les analyses sont bonnes et la situation totalement maîtrisée.

 

Service rédaction, 21-04-2020 | Publié dans la catégorie Environnement