La friche SĂ©same/Remazeilles au coeur des attentions publiques

Le comité de projet, instance politique du programme "Petites villes de demain", se réunissait le 9 juillet dans la friche industrielle en plein coeur de ville. L'occasion de parler de l'avenir de ce lieu.

Le programme « Petites Villes de Demain » vise Ă  donner aux Ă©lus des communes de moins de 20 000 habitants, et leur intercommunalitĂ©, qui exercent des fonctions de centralitĂ©s et prĂ©sentent des signes de fragilitĂ©, les moyens de concrĂ©tiser leurs projets de territoire pour conforter leur statut de villes dynamiques, oĂą il fait bon vivre et respectueuses de l’environnement.

Dans son article 7, cette convention cible la rĂ©flexion sur des actions dites « matures », devant permettre de faire Ă©voluer le cœur de ville dans des dĂ©lais assez rapides. Trois sites sont identifiĂ©s comme matures sur Oloron Sainte-Marie : la rue Louis Barthou, dont les lourds travaux de reprise des rĂ©seaux de gaz et d’eau offrent l’opportunitĂ© de repenser l’amĂ©nagement et les espaces publics ; la rue RĂ©vol, dans la continuitĂ© gĂ©ographique et donc dans un objectif de cohĂ©rence inter-quartiers ; et la friche SĂ©same/RĂ©mazeilles, emblème du commerce de centre-ville.

Cette friche sera une des premières actions Ă  ĂŞtre mise en œuvre. Ancien garage, puis magasin de meubles, c’est aujourd’hui une friche industrielle Ă  l’Ă©tat d’abandon depuis plusieurs annĂ©es. Cependant, avec ses 1700 m2 en cœur de ville, sa position de lien gĂ©ographique entre le secteur du Jardin Public et celui de la Confluence et sa situation en cœur de ville dans un quartier prisĂ© et animĂ©, cette friche est promise Ă  un bel avenir.

L’idĂ©e est d’en faire un lieu d'animation multi-activitĂ©s pour la jeunesse et l'intergĂ©nĂ©rationnel. "L'amĂ©nagement urbain, c'est la politique des temps longs, a expliquĂ© le maire Bernard Uthurry. Mais le "Go !", c'est maintenant qu'il faut l'impulser."

A l’automne, va dĂ©marrer une phase citoyenne pour connaĂ®tre les souhaits des habitants du territoire, notamment via une consultation du public jeune dès septembre intitulĂ©e « être jeune et habiter Ă  Oloron ». Sur ce bâtiment dont le foncier est actuellement portĂ© par l’EPFL pour la Ville, il faudra ensuite envisager la programmation de la rĂ©novation, le choix de l’architecte, les concours financiers Ă  solliciter…

C’est pourquoi le comitĂ© de projet s'est rĂ©uni dans cette friche, dans le but de la montrer telle qu’elle est aujourd’hui. Les Ă©lus, les partenaires techniques et financiers, ont pu individuellement et collectivement se projeter dans la requalification qui pourrait la transformer Ă  l’avenir.