Création d'une « zone tampon »pour protéger le patrimoine oloronais

La Ville d'Oloron Sainte-Marie vient de créer une « zone tampon » pour protéger le caractère exceptionnel de la cathédrale Sainte-Marie.

La « zone tampon » de la cathédrale Sainte-Marie privilégie l’environnement urbain de la cathédrale et ses vues lointaines. Elle englobe le centre historique des trois grands quartiers de la Ville - à l’exception des parties les plus éloignées - tel que défini par les limites de l’Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) conclue entre l’Architecte des Bâtiments de France et la Ville d’Oloron Sainte-Marie. Elle englobe ainsi le pont qui, sur le tracé de la « via Tolosane », enjambe le Gave d’Aspe entre Sainte-Marie et Oloron.
Ainsi, reprenant la délimitation de l’AVAP, elle n’entrainera pas de restrictions supplémentaires (servitude, réglementation architecturale…).

Pour rappel, la cathédrale Sainte-Marie est classée monument historique depuis 1939 et inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO au titre de bien 868 des « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » depuis 1998.

La cathédrale Sainte-Marie :
La construction de la cathédrale débute en 1102 grâce aux nombreux butins ramenés par le vicomte Gaston IV le Croisé, lors de ses participations aux Croisades et à la Reconquista. Elle a peut-être succédé à un temple gallo-romain comme l’atteste le réemploi de la plaque de marbre du tympan représentant la Vierge Marie. 
Cette cathédrale était le siège épiscopal du diocèse d’Oloron, jusqu’à sa dissolution en 1802. En 1909, l’évêque de Bayonne relève le titre d’évêque d’Oloron et de Lescar. 
Sur le plan architectural, il est remarqué un massif clocher-porche du XIIème siècle de caractère défensif qui surmonte une toiture d’ardoise. Le portail roman de la cathédrale Sainte-Marie est l’œuvre de deux maîtres sculpteurs du XIIème siècle ayant travaillé de part et d’autre des Pyrénées. 
La cathédrale abrite un riche mobilier en bois doré et polychrome, des tableaux représentant la vie de Saint-Grat (nom de premier évêque connu d’Iluro au VIème siècle), un buffet d’orgues datant du XVIIème siècle et dont l’instrument a été réalisé au XIXème siècle ainsi que de magnifiques vitraux.
Son Trésor présent est composé : d’une crèche au sein d’un triptyque de bois sculpté évoquant la Nativité (daté du début du XVIIIème siècle), de meubles curieux et imposants du XIXème siècle, d’une collection de vêtements sacerdotaux portés par les évêques d’Oloron, de pièces d’orfèvrerie, etc. 
Le Trésor est visible gratuitement, dans la cathédrale, depuis 2003.

 

Service rédaction, 30-03-2016 | Publié dans la catégorie Patrimoine